L’Amérique des abîmés de Walker Evans (Beaux arts magazine)

Photographe des humbles dans les États-Unis des années 1930 à 1950, Walker Evans fait l’objet d’une rétrospective inédite au Centre Pompidou. Son œuvre, qui a inspiré plusieurs générations d’artistes, trouve ses racines dans la photographie vernaculaire, celle qui raconte les petites gens, le quotidien et la poésie de la banalité. Une photographie qui dit en quoi l’Amérique est américaine.

 

Walker Evans, Coney Island Beach, 1929

Le temps de l’insouciance

L’été venu, les plages de Coney Island sont prises d’assaut par les touristes et les immigrés qui fuient la chaleur étouffante de New York. Dans les années 1920, la popularité de cette destination est au plus haut. Cette bulle d’insouciance, qui précède le krach d’octobre 1929, témoigne des prémisses du tourisme de masse. Dans cette image prise en plongée accentuant l’effet de saturation de la foule, on ne distingue aucun visage mais le portrait de ces anonymes en dit long sur la société américaine.

→ L’intégralité de l’article est à retrouver sur le site de Beaux Arts magazines ←

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s