Kintsugi : l’art de réparer les pots cassés (Mint)

Bien loin du culte de la perfection, le Japon célèbre ses failles et ses cicatrices depuis des siècles. À tel point que le pays a érigé le wabi-sabi – raffinement attribué à l’empreinte du temps – au rang de philosophie. Le même esprit anime l’art du kintsugi. Apparu il y a 500 ans, il consiste à réparer un objet fissuré en soulignant ses fêlures à la feuille d’or. Une certaine idée de l’acceptation de soi que certains appliquent volontiers à leur quotidien. 

 

Texte : Hélène Rocco

Illustration : André Derainne

→ L’article complet est à lire dans le numéro 17 de Mint magazine ←

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :